Recherche d’un kot : quand? comment? à quoi faire attention?

16 avril 2019 Logement

Tu comptes prendre un kot pour la prochaine rentrée académique ? Tes proches te pressent le citron en te disant qu’il est temps de te mettre à chercher … mais est-ce vrai ? Et quand tu auras trouvé ton bonheur, à quoi devras-tu faire attention avant de signer ? On te donne nos conseils !

Quand chercher ?

En avril, certains étudiants (et surtout leurs parents) sont déjà en panique à l’idée de ne pas trouver de kot voire même d’être déjà en retard dans leur recherche. STOP ! Reste zen, si tu as débuté tes recherches pendant les vacances de Pâques, tu as tout compris : c’est la bonne période pour commencer. Oui, pour commencer, car même si tu t’y prenais dans quelques semaines voire même quelques mois, il n’y aurait rien de dramatique à cela non plus. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce qu’à cette période, tous les étudiants ne sont pas encore en mesure d’affirmer à leur propriétaire qu’ils vont quitter leur kot en septembre prochain. Certains en sont déjà convaincus, c’est pour cette raison que tu peux commencer à voir les annonces fleurir en avril. Pour d’autres, cela prendra plus de temps ! D’ailleurs, commencer à chercher trop tôt peut être désavantageux car tu n’auras pas forcément devant toi le panel le plus représentatif des logements disponibles pour la rentrée prochaine … Attention à ne pas te ruer sur un kot hors de ton budget par peur de ne pas en trouver un autre plus tard !

Comment chercher ?

  • À l’ancienne : Tu as du temps libre devant toi ? Va te promener dans la ville dans laquelle tu vas kotter, sillonne les quartiers dans lesquels tu te vois bien habiter par rapport à la distance avec ton école, la gare, les lieux de loisirs, etc. Certains proprios fonctionnent encore à la fameuse pancarte collée sur la fenêtre du rez-de-chaussée, annonçant « Kots à louer ici ».
  • Via le bouche à oreille : Ta cousine / le meilleur ami de ton frère / la fille de la collègue de ta mère kotte dans la même ville ? Tu as déjà pensé à lui demander si des kots se libéraient dans son immeuble ? S’il/elle avait des amis qui quittaient le leurs ? Comme pour tout, le bouche à oreille, ça fonctionne très bien pour les kots !
  • Via internet : Les proprios savent où trouver les jeunes : sur internet. Forcément, tu y trouves donc facilement un tas d’annonces, notamment sur Immoweb ou student.be Mais chez Infor Jeunes, bien sûr, on ne s’est pas arrêté à cet article sympa ? On a créé une plateforme spéciale « Kots » sur notre site www.inforjeunes.be. On t’y attend !

Quid du contrat de bail ?

Avançons un peu le temps, et imaginons que tu as trouvé le kot de tes rêves. La prochaine étape officielle, c’est la signature du contrat de bail. Mais que doit-il contenir ?
Assure-toi que ton contrat de bail contient bien :

  • l’identité de ton propriétaire ainsi que la tienne (nom, prénom, domicile, date et lieu de naissance) ;
  • la date de début du contrat et sa durée ;
  • le type de bail (étudiant en l’occurrence) ;
  • la désignation de tous les locaux et/ou de parties d’immeubles qui font l’objet de la location ;
  • le montant du loyer hors charge ;
  • les charges :
    Si le propriétaire demande des charges forfaitaires, il doit en indiquer le montant et la nature (eau, gaz, wifi, électricité,…) ;
    Si le bailleur demande des charges réelles, il doit en indiquer le mode de calcul ainsi que la répartition effectuée au sein du bien mais seulement s’il s’agit d’un immeuble à habitations multiples (kots) ;
  • s’il existe des charges communes entre colocotaires ou cokotteurs, il faut en indiquer le montant et la nature (ex : frais de nettoyage, locaux poubelles).
  • l’existence de compteurs individuels ou collectifs ;
  • un certificat PEB.

Le bail doit être rédigé en trois exemplaires : un pour le propriétaire, un pour toi, et le troisième destiné à ce qu’on appelle « l’enregistrement » ; et les trois devront être signés par le propriétaire et toi.

Attention : sache que si le propriétaire a inclus dans le contrat une clause dans laquelle il se réserve le droit d’entrer librement et quand il le souhaite dans ton kot, sache que c’est tout simplement interdit !

Tu trouveras sur le site du SPW Logement des exemples de contrats de bail en bonne et due forme.

D’ici à ce que tu ailles y installer tes affaires, sache également que la réalisation d’un état des lieux avant ton entrée dans le kot est obligatoire. D’ailleurs, ne prends pas cette étape à la légère et note bien toutes les anomalies que tu remarques (même de petits trous dans un mur, par exemple), afin qu’on ne te reproche pas d’en être à l’origine lorsque tu feras ton état des lieux de sortie !

Quelques conseils pour plus tard …

Il se peut que tu te poses encore des questions une fois que tu seras installé dans ton kot. Si c’est le cas, n’oublie pas qu’Infor Jeunes est là pour toi ! Voici déjà quelques réponses à des questions que nous recevons fréquemment :

Bonne recherche !

Sur le même sujet

Le Droit à l’habitat en Région Bruxelloise
Logement

Le Droit à l’habitat en Région Bruxelloise

28 septembre 2018

Le RDBH, c’est le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat. Il s’a...

Les squats : « une nécessité ? »
Logement

Les squats : « une nécessité ? »

21 septembre 2018

Pour faire face à des difficultés financières, s’impliquer dans des dynamiques collectives et ...

La garantie locative
Logement

La garantie locative

14 septembre 2018

Tu viens de trouver un logement et ton propriétaire te demande de constituer une garantie loca...