Élections 2019 : les enjeux

9 avril 2019 (Modifié le 12 avril 2019) Citoyenneté, Justice & Aide à la jeunesse

Le 26 mai, si tu es majeur, tu vas être appelé aux urnes pour les élections concernant trois entités géographiques différentes. Eh oui, on va te demander ton avis pour élire les représentants politiques de la région, du royaume et de l’Europe. Si tu souhaites savoir en quoi ton vote peut changer la mise, lis ce billet.

VOTER OUI, MAIS QUI S’OCCUPE DE QUOI ?

Il est important de te renseigner bien avant les élections sur les programmes que proposent les différents partis. Ainsi, en t’intéressant à la vie politique, tu voteras en connaissance de cause et tu sauras que ton vote peut vraiment changer quelque chose. Alors oui, tu es peut-être au courant de tous les faits d’actualité, mais sais-tu quels sont les enjeux majeurs de ces élections ? Nous t’en avons listé trois parmi tant d’autres :

Le climat et l’environnement

C’est en quelque sorte une compétence transversale car elle est reprise simultanément par les trois niveaux de pouvoir. À titre d’exemple, au niveau européen, des textes concernant le taux de polluants pouvant être présent dans le commerce permettent de protéger la planète. De plus, l’Europe peut demander aux différents États de respecter des maximas d’émissions de CO2 et ainsi avoir une incidence sur le dérèglement climatique. Au niveau fédéral, le futur de la planète et le respect de l’environnement se jouent avec le sujet du nucléaire qui pourrait, comme en Allemagne, être interdit. Cependant, il faut être attentif à ce qui va être proposé comme alternative. Enfin, les régions jouent aussi un rôle important car elles ont dans leurs compétences l’environnement et l’aménagement du territoire. Cela se traduit par le fait que ce sont elles qui peuvent décider de l’implantation d’usines de biomasse, d’éoliennes, du tri des déchets, des taxes sur les véhicules les plus polluants, etc. Bref, ces trois niveaux de pouvoir jouent chacun un rôle dans ce sujet d’actualité.

Les réfugiés

Autre sujet fréquent dans notre quotidien, la migration dépend, elle aussi, de chacun de ces niveaux de pouvoir. En effet, l’Europe vient de signer le Pacte de Marrakech pour réguler entre autres les réfugiés dans les États membres. Elle assure aussi des missions de sauvetage en Méditerranée tout en construisant des « barricades » le long de ses frontières. Au niveau fédéral, cela se joue sur la qualité de l’accueil (Fedasil) et sur les démarches pour que les réfugiés aient un titre de séjour (Office des Étrangers). Enfin, les régions (et les communautés) mettent en place des parcours d’intégration qui sont différents en Flandre, à Bruxelles, en FWB et en Communauté germanophone.

L’éducation

Sujet qui concerne les jeunes au quotidien, l’enseignement entame une reconversion. Au niveau européen, le « Long Life Learning » gagne du chemin. Concrètement, des efforts sont faits pour faciliter les échanges d’étudiants et les travailleurs entre les États membres tout en leur permettant de se former toute leur vie. C’est pour cela que les différents diplômes correspondent à un cadre de référence européen et que les cours de l’enseignement supérieur se calculent en crédits ECTS. Au niveau fédéral, c’est l’orientation scolaire et les conditions minimales pour l’octroi des diplômes qui sont au centre de l’attention. En ce qui concerne les Communautés, celles-ci sont compétentes au niveau des programmes de cours, des options proposées, de la reconnaissance des diplômes et des pédagogies alternatives (Steiner, Decrolly, Freinet, Montessori, etc.) qui se développent dans différentes écoles ces dernières années.

Bref ces trois niveaux de pouvoir jouent donc chacun un rôle important selon les thématiques.

Prends connaissance du programme de tous les partis afin d’élire les représentants qui partagent ton point de vue sur ces différents sujets d’actualité !

Plus d’infos ?

Sur le même sujet