Coronavirus

Oui.

Il n’existe plus de restrictions spécifiques, ni pour les établissements relevant des secteurs culturel, festif, sportif, récréatif et événementiel, ni pour l’organisation d’activités organisées et pour les événements privés ou accessibles au public.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le Passeport (ou certificat) COVID numérique européen a pour but de permettre aux voyageurs de franchir plus aisément les frontières européennes. Les personnes disposant de ce passeport peuvent ainsi voyager librement dans l’Union Européenne. Selon le pays, ce passeport permettra également de rentrer dans un restaurant ou d’autres lieux publics du pays du séjour.

Le Covid Safe Ticket (CST) est un certificat belge basé sur le même principe que le Passeport européen. Une des différences réside dans le fait qu’il est limité au seul territoire belge. Il permet de se rendre dans certains lieux publics ou d’assister à des évènements de masse sans devoir maintenir les gestes barrières (distanciation sociale, port du masque). Actuellement, le CST n’est plus d’application.

Le passeport européen ne dispense pas les gens qui en disposent de porter le masque dans les pays où il est requis.

Enfin, le passeport européen devrait cesser de produire ses effets au 1er juillet 2022.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Non.

La question n’a pas fait l’objet d’un texte officiel. Toutefois, tant que la vaccination contre la covid-19 n’est pas obligatoire, l’école ne peut l’imposer à ses élèves. Ce serait une ingérence dans le droit au respect de la vie privée et familiale.

L’école doit pouvoir proposer aux élèves les autres possibilités offertes par le passeport sanitaire, à savoir le test PCR négatif ou le certificat de guérison datant de moins de six mois.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui, tu as droit au « petit chômage », ce qui signifie que tu peux t’absenter du travail sans perte de salaire si, pendant les heures de travail, tu te fais vacciner contre le COVID-19.  Ce droit couvre le temps de la vaccination et des déplacements. 

Tu peux prendre ce congé même si tu travailles comme étudiant. Si par contre tu es bénévole ou stagiaire, tu ne peux pas bénéficier de cette possibilité.  

Tu dois avertir l’employeur de ton absence dans le plus bref délai dès que tu as connaissance du moment ou du créneau horaire de la vaccination. Tu ne peux subir aucune pression pour que la vaccination se déroule en dehors de tes heures de travail. 

Si tu décides de prendre un jour de congé ordinaire pour te faire vacciner ou si tu te fais vacciner pendant un jour de repos compensatoire, ou encore en dehors de tes heures de travail, les règles relatives au congé de vaccination ne s’appliquent pas. 

Si ton employeur te demande la preuve que tu te fais vacciner, tu dois lui montrer le document comportant le moment et le lieu de la vaccination (la confirmation du rendez-vous ou l’invitation). L’employeur n’est pas autorisé à en prendre copie. Il ne peut donc pas te demander de fournir une preuve par courriel. 

Le droit au petit chômage pour la vaccination contre le coronavirus COVID-19 est en vigueur jusqu’au 30 juin 2022.  Si les circonstances l’exigent, ce régime peut être prolongé par arrêté royal jusqu’au 30 décembre 2022.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Il y a différents cas dans lesquels tu devras te placer en quarantaine/te faire tester :

Si tu te sens malade (symptômes du covid) et que tu n’as pas encore été testé.

Si tu as eu un contact à haut risque avec une personne positive, les règles dépendent de ton statut vaccinal :

  • Si tu n’es pas vacciné, tu dois te mettre en quarantaine pendant 10 jours (7 jours si un autotest négatif est effectué quotidiennement) ;
  • Si tu es partiellement vacciné, tu dois te mettre en quarantaine pendant au moins 7 jours. Un raccourcissement éventuel de la quarantaine est possible à partir du 4ème jour, à condition qu’un autotest quotidien soit effectué avec des résultats négatifs jusque J+7. Jusqu’au 10e jour, il faut porter le masque en intérieur et éviter les contacts rapprochés avec d’autres personnes ;
  • Si tu es entièrement vacciné et asymptomatique, tu ne dois pas te mettre en quarantaine ni effectuer de test, mais tu dois rester prudent durant 10 jours qui suivent le dernier contact à risque.

Si tu es testé positif au coronavirus, tu entres en isolement pour une durée de 7 jours (à condition de ne plus avoir de fièvre pendant 3 jours et une amélioration clinique des symptômes), avec 3 jours de mesures de protection supplémentaires, telles que la limitation du nombre de contacts au strict nécessaire, le port permanent d’un masque (de préférence un masque FFP2) en intérieur. Cela signifie que toutes les activités pour lesquelles il est impossible de porter un masque (telles que manger avec d’autres personnes) ne sont pas autorisées.

Tu souhaites en savoir plus sur la quarantaine ou l’isolement ? Consulte le site Sciensano.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Actuellement, non.

Pour pouvoir être remboursé de ton test PCR, il faut que tu remplisses certaines conditions. L’Inami exclut les tests faits afin de partir en voyage. Par contre, si tu reviens d’une zone rouge et que tu dois te faire tester, alors tu recevras un code pour pouvoir le faire et être remboursé.

Pour plus d’informations, n’hésite pas à consulter nos autres FAQ sur la vaccination : « Quand et comment pourrai-je me faire vacciner contre le coronavirus ? »  et  « Je souhaite me faire tester pour le coronavirus. Puis-je être remboursé par mon assurance soins de santé ? ».

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Disponible depuis le 16 juin en Belgique, le passeport sanitaire européen est un document facilitant la libre circulation des citoyens  dans l’Union Européenne. Il n’est cependant pas un préalable obligatoire pour pouvoir voyager ! Il est entré en vigueur le 1er juillet 2021 et il restera d’application jusqu’au 1er juillet 2022.  

Concrètement, le passeport reprend trois types de certificats :  

  • Le certificat de vaccination qui indique si tu as été vacciné contre la Covid-19. Il est disponible un jour après l’enregistrement de ta vaccination et reste valable un an après la date de ta vaccination complète. A partir du 1er février 2022, la durée de validité du certificat de vaccination ne sera plus que de 270 jours (9 mois), par analogie avec le certificat COVID numérique de l’UE. La durée de validité de la dose de rappel n’est pas limitée dans le temps ; 
  • Le certificat de test Covid qui montre les résultats de ton test PCR ou antigénique négatif. Il est disponible environ 1h30 après le traitement de ton test en laboratoire. Attention, ton test ne sera valable que 72h à partir de sa réalisation ;  
  • Le certificat de rétablissement si tu as contracté la maladie et es guéri depuis au moins 11 jours après un test positif. Il est valable durant 180 jours à partir de la date de réalisation du test.  

Tu peux télécharger le passeport via l’application Covidsafe.be ou sur masanté.be. Il faut ensuite t’authentifier (le plus rapide, c’est via l’application itsme). Si tu ne disposes pas d’un smartphone, tu peux également contacter l’AVIQ par téléphone (071/31.34.93) pour recevoir les différents certificats par la poste.  

Pour plus d’informations, n’hésite pas à consulter nos autres FAQ sur la vaccination : « Quand et comment pourrai-je me faire vacciner contre le coronavirus ? »  et  « Je souhaite me faire tester pour le coronavirus. Puis-je être remboursé par mon assurance soins de santé ? ».

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Les CPAS ont mis en place une mesure « Zoom 18/25 » qui était disponible jusqu’au 31 décembre 2021. Elle a été prolongée jusqu’au 31 mars 2022.

Cette mesure concerne :

  • Les jeunes de plus de 18 ans et de moins de 25 ans ;
  • Les étudiants de moins de 25 ans qui commencent, reprennent ou suivent des études de plein exercice ;
  • Les étudiants de 25 ans et plus ayant commencé leurs études avant 25 ans.

Si tu fais partie des personnes concernées, différentes aides pourront t’être octroyées :

  • Aide au logement ;
  • Aide en matière d’énergie ;
  • Aide psychosociale
  • Aide en matière de santé ;
  • Aide informatique ;
  • Aide financière ;
  • Aide à la mobilité ;
  • Besoins de première nécessité ;
  • Aide alimentaire ;
  • Aide aux sports et aux loisirs.

Pour connaitre le CPAS compétent pour analyser ta demande, consulte notre FAQ « À quel CPAS puis-je m’adresser ? ».

Pour plus d’informations, n’hésite pas à lire la brochure du SPF Intégration sociale à ce sujet.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

De nombreuses aides existent pour les étudiants rencontrant des difficultés psychosociales:

1) Aide en provenance des pôles académiques

Des aides financières, matérielles, alimentaires ou encore un soutien psychosocial peuvent t’être offerts au sein des établissements d’enseignement supérieur ou au niveau local. Les différents pôles académiques (il s’agit des lieux de concertation et de dialogue entre établissements d’enseignement supérieur), ont centralisé les informations concernant les mécanismes d’aide existants dans leurs zones géographiques respectives :

2) Soutien psychosocial

Si tu te sens déprimé ou que tu as besoin de parler à un professionnel, tu peux bénéficier d’une première écoute psychosociale via :

  • Le n°107 : télé-accueil
  • Le n°103 : écoute enfants et adolescents

Tu trouveras plus d’organismes de contact en consultant le  site Info-Coronavirus.

3) Aide à la réussite

Renseigne-toi auprès de ton établissement afin de connaitre les aides mises en place par celui-ci. De manière générale, les dispositifs suivants ont été pris :

  • Des lieux d’études et de travail (bibliothèques, salles informatiques…) ;
  • Des personnes ressources (guidances, coachs, aides méthodologiques…) ;
  • Des ressources en ligne (cours en ligne et exercices, université virtuelle…) ;
  • Des blocus assistés et blocus résidentiels.
Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Si tu rencontres des difficultés à suivre les cours à tel point que tu crains pour la suite de ton année scolaire, sache que la première chose à faire, c’est en parler !

Si tu lis ces quelques mots, c’est que tu as identifié le problème et c’est déjà un grand pas.

Tu peux désormais te tourner vers les services compétents, à savoir :

  • Le CPMS de ton école : Le centre psycho-médicosocial est un lieu d’accueil, d’écoute et de dialogue dans lequel tu pourras aborder les questions qui te préoccupent en matière de scolarité, de décrochage, d’éducation, de vie familiale et sociale, mais aussi de santé, d’orientation scolaire et professionnelle, etc. Tu peux contacter les professionnels qui y travaillent par téléphone, par courrier, par mail, ou en te rendant directement aux permanences organisées par ceux-ci. Tu peux également consulter la liste des CPMS en cliquant ici.
  • Le Service de la Médiation scolaire (interne à l’école à Bruxelles, externe en Wallonie) : Dans le cadre de situations liées à l’absentéisme scolaire ou au décrochage, il poursuit l’objectif de recréer du lien entre toi/ ta famille et l’école. Le rôle du médiateur n’est donc pas de t’accompagner à long terme mais de te proposer un processus de médiation avec ton école ou encore de te réorienter vers d’autres services compétents. Clique sur ce lien pour obtenir plus d’infos sur ce service et connaître celui qui est le plus proche de toi!
  • Les services d’accrochage scolaire (SAS) : Si tu es exclu de ton établissement scolaire ou que tu te trouves en situation de crise, d’absentéisme ou de décrochage, tu peux aussi être orienté vers un service d’accrochage scolaire. Attention, pour suivre les cours via un SAS, tu dois être mineur, donner ton accord et te montrer volontaire. Sache que ta prise en charge par ce type de structure te permettra de respecter pleinement l’obligation scolaire. Il s’agit d’une aide sociale, éducative et pédagogique, qui consiste en l’accueil en journée. L’objectif des SAS est de te permettre de réintégrer, dans les meilleur(e)s délais et conditions possibles, une structure scolaire ou une structure de formation agréée. La liste des SAS est disponible ici. N’hésite pas à prendre toi-même contact avec l’un d’entre eux !

Ce n’est pas tout ! Tu peux également te tourner vers une AMO, un service d’aide en milieu ouvert. Certaines sont spécialisées dans la lutte contre le décrochage scolaire. Si cela te met plus à l’aise, pense également à solliciter tes proches, ta famille mais aussi les professeurs en qui tu as confiance, ou encore un éducateur.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Non !

Comme dans de nombreux pays, la vaccination contre la Covid-19 se fait sur base volontaire en Belgique. Cela signifie que chacun est libre de choisir de se faire vacciner ou non.

En outre, sache que le vaccin est gratuit dans notre pays. Bien que ce dernier ne soit pas obligatoire, il est requis de présenter un passeport sanitaire dans certains cas (pour voyager par exemple). Or, un des moyens d’obtenir ce passeport sanitaire est la vaccination.

Tu souhaites te faire vacciner et aimerais obtenir des informations pratiques à ce sujet ? Rends-toi sur notre FAQ « Quand et comment pourrai-je me faire vacciner contre le coronavirus ? ».

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

A l’heure actuelle, plus de 90% de la population belge est entièrement vaccinée. Pour les personnes désireuses de se faire vacciner, cela se fait:

  • Dans l’un des centres de vaccination ouverts
  • Dans l’une des nouvelles antennes fixes et mobiles (il y en a à Louvain-la-Neuve, Namur, Liège, Mons, Charleroi, etc.)
  • Chez ton médecin généraliste

Pendant ton rendez-vous, tu recevras une injection dans le haut du bras. Ensuite, soit 3 ou 8 semaines après la première injection (en fonction du vaccin), tu en recevras une deuxième. Enfin, après la vaccination, ton corps aura besoin de 10 à 14 jours pour commencer à produire des anticorps. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que le vaccin te protégera le mieux possible contre le coronavirus.

Ces renseignements peuvent bien sûr évoluer. Nous sommes actuellement dans la période d’administration d’une troisième dose, non obligatoire. Reste donc à l’affût de toute nouvelle information apportée par les autorités et n’hésite pas à consulter fréquemment le site info-coronavirus , le site de sciensano ou encore le site : https://www.vaccination-info.be/maladie/covid-19/.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

En règle générale, lorsque tu es malade et couvert par un certificat médical, tu as la possibilité de demander à pouvoir représenter un examen manqué pour cette raison. Ainsi, tu peux conserver tes deux chances pour l’année académique concernée. Cette demande peut cependant t’être refusée car il ne s’agit pas d’un droit absolu. En cette période de crise sanitaire, la règle reste la même : que tu sois sous certificat parce que tu es atteint du coronavirus ou d’une autre maladie, ou encore parce que tu as été en contact avec une personne infectée, tu conserves la possibilité de faire la demande de repasser ton examen, en janvier si c’est possible, ou en juin. Consulte le règlement des études de ton établissement pour en savoir plus.

Si tu es en 1ère bac, tu as de toute façon la possibilité de repasser ton examen en juin car tu disposes de 3 chances pour l’année académique.

Si tu es en quarantaine mais que tu n’es pas malade et que ton examen se passe en ligne, tu n’as a priori pas de problème pour le passer. Si par contre ton examen a lieu en présentiel et que tu ne peux t’y rendre, il va falloir te renseigner auprès de ton établissement. Soit tu pourras le repasser dans les semaines qui suivront, sous forme d’une sorte de session prolongée, soit tu ne pourras le repasser qu’en seconde session directement. Les autorités n’ont pas pris de mesures réglant la question de manière unanime.

Pour savoir dans quels cas tu dois te mettre en quarantaine, consulte cette FAQ.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Pour l’année académique 2021-2022, les évaluations orales et écrites sont autorisées en présentiel selon certaines règles :

  • Le local peut être occupé à 100% (chaque siège peut donc être occupé) ;
  • Il faut aérer toutes les 1h30 et éviter les évaluations d’une durée supérieure à 3h en continu.

Le port du masque n’est cependant plus obligatoire depuis le 7 mars.

Pour connaitre les autres mesures, rends-toi sur nos FAQ « Je suis en promotion sociale, qu’en est-il de mes cours et mes stages ? ».

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Pour l’année académique 2021-2022, les évaluations orales et écrites sont autorisées en présentiel selon certaines règles :

  • Le local peut être occupé à 100% (chaque siège peut donc être occupé) ;
  • Il faut aérer toutes les 1h30 et éviter les évaluations d’une durée supérieure à 3h en continu.

Le port du masque n’est plus obligatoire depuis ce 7 mars.

Si tu es malade ou en quarantaine et que tes examens sont organisés en présentiel, rends-toi sur notre FAQ : « ».

Enfin, si tu souhaites connaître les mesures relatives aux cours et aux stages, consulte notre FAQ : « Je suis étudiant dans le plein exercice, qu’en est-il de mes cours et de mes stages ? ».

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Bien sûr.

Depuis le début de la crise sanitaire, les CPAS ont obtenu des moyens supplémentaires afin qu’un maximum de personnes subissant les répercussions de la crise du coronavirus puissent recevoir de l’aide. Ce n’est donc pas limité aux bénéficiaires du droit à l’intégration sociale.

Si tu es reconnu comme étant en état de besoin, le CPAS peut te fournir :

  • Une aide au logement, y compris les charges, à l’exclusion de la garantie locative ;
  • Une aide en matière de consommation d’énergie ;
  • Une aide psychosociale relative à la prise en charge de coûts d’intervenants professionnels reconnus dans le traitement des violences conjugales, des problèmes d’anxiété ou de troubles psychiatriques ;
  • Une aide en matière de santé, par la prise en charge de frais médicaux, de médicaments, de factures d’hôpitaux etc. ;
  • Une aide à l’accessibilité numérique, pour favoriser les démarches en ligne et le soutien scolaire ;
  • Une aide financière pour des factures impayées en raison d’une diminution de revenus ;
  • Une aide pour les familles en difficultés, dans le cadre de la lutte contre la pauvreté infantile.

Les besoins de première nécessité peuvent également être assurés, comme une intervention dans le coût de tes transports, l’achat d’une paire de lunettes ou de vêtements, etc.

Tu ne sais pas vers quel CPAS te tourner ? Consulte notre FAQ « À quel CPAS puis-je m’adresser ? ».

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Cela dépend.

Comme aucune règle spécifique n’est prévue pour les contrats étudiants, il faut se référer aux règles générales applicables à tout travailleur.

Si tu es ouvrier, tu as droit à ta rémunération garantie à charge de ton employeur pour les 30 premiers jours d’incapacité de travail à la condition que tu sois engagé dans l’entreprise depuis au moins un mois de façon ininterrompue. Si cette ancienneté est acquise au cours de ta période d’incapacité, tu peux prétendre à cette rémunération pour les jours restants.

Si tu es employé, la règle diffère selon le type de contrat par lequel tu es engagé :

  • Si tu es engagé pour une durée de minimum 3 mois, tu conserves le droit à ta rémunération garantie à charge de ton employeur quelle que soit ton ancienneté dans l’entreprise ;
  • Si tu es engagé pour une durée de moins de 3 mois, tu as droit au salaire garanti aux mêmes conditions que les ouvriers, c’est-à-dire être en service au sein de l’entreprise de manière ininterrompue depuis au moins un mois.

Pour connaître les pourcentages de la rémunération que tu es en droit d’obtenir pendant cette période d’incapacité, consulte le site du SPF emploi.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui !

Il n’existe plus de restriction pour se rendre à des funérailles. Même le port du masque n’est plus obligatoire dans un tel contexte.

Tu trouveras plus d’infos sur les mesures à respecter dans un tel contexte ici.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Non.

En Wallonie, la limite de 240 heures par trimestre pour que l’étudiant jobiste puisse continuer à recevoir ses allocations familiales a été supprimée. Dorénavant, le seul seuil temporel que tu dois respecter est celui des 475 heures annuelles, qui te permettent de bénéficier des cotisations sociales réduites.

Pour en savoir plus sur les quotas à respecter en matière de job étudiant, consulte cette FAQ.

Si tu souhaites connaître les mesures prises en raison de la crise sanitaire dans le cadre de ton job étudiant, rends-toi sur Student@work.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Les autorités ont donné plusieurs recommandations à suivre dans la situation où un membre de ton foyer est infecté par le virus :

  • Isoler la personne contaminée dans une pièce qui peut se fermer, si c’est possible.
  • Veiller à bien aérer cette pièce plusieurs fois par jour afin de faire circuler l’air potentiellement infecté vers l’extérieur.
  • Si elle doit se déplacer au sein de la maison, la personne positive doit porter un masque.
  • Nettoyer régulièrement les poignées de porte, les rampes d’escaliers, etc.

Cet isolement doit durer 7 jours minimum, après l’apparition des symptômes avec un minimum de 3 jours sans fièvre. Ensuite, elle doit encore porter le masque en intérieur durant 3 jours et limiter strictement ses contacts.

Si tu vis avec une personne positive, les règles à respecter dépendent de ton statut vaccinal :

  • Si tu n’es pas vacciné, tu dois te mettre en quarantaine pendant 10 jours (7 jours si un autotest négatif est effectué quotidiennement) ;
  • Si tu es partiellement vacciné, tu dois te mettre en quarantaine pendant au moins 7 jours. Un raccourcissement éventuel de la quarantaine est possible à partir du 4ème jour, à condition qu’un autotest quotidien soit effectué avec des résultats négatifs jusque J+7. Jusqu’au 10e jour, il faut porter le masque en intérieur et éviter les contacts rapprochés avec d’autres personnes ;
  • Si tu es entièrement vacciné et asymptomatique, tu ne dois pas te mettre en quarantaine ni effectuer de test, mais tu dois rester prudent durant 10 jours qui suivent le dernier contact à risque.

Dans tous les cas, il faut surveiller l’apparition de symptômes et si c’est le cas, se mettre en quarantaine et se faire tester.

Tu souhaites en savoir plus sur la quarantaine ou l’isolement ? Consulte le site Sciensano.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Cela dépend.

Le télétravail peut être de deux types :

  • Le télétravail « structurel » ou habituel : le télétravail est une pratique courante au sein de l’entreprise et les conditions en sont précisées dans un contrat. L’employeur doit alors intervenir dans les frais engendrés ou fournir les ressources nécessaires aux prestations de travail à domicile (par exemple : un ordinateur portable) ;
  • Le télétravail occasionnel : le télétravail se pratique uniquement dans les cas où la situation l’exige, comme actuellement avec la crise sanitaire et n’est dès lors pas encadré par un contrat. Puisqu’il est ponctuel, ce télétravail ne devrait pas entrainer de frais au travailleur. L’employeur n’a donc pas l’obligation d’intervenir dans les frais engendrés.

En cette période de télétravail forcé en raison du coronavirus, si le télétravail n’était pas déjà instauré de manière habituelle au sein de l’entreprise, l’employeur peut choisir librement d’intervenir dans les frais qui y sont liés. Il n’en a donc pas l’obligation. S’il choisit d’intervenir, il faut nécessairement qu’il signe une convention spécifique avec chacun de ses travailleur pour la période liée au coronavirus (cela est prévu dans la CCT 149 du 26/01/2021).

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui.

Chaque pouvoir organisateur (PO) est compétent pour déterminer les mesures appropriées pour l’organisation de la vie en collectivité. S’agissant des internats du réseau Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE), des notes de services internes ont été réalisées en vue d’organiser la vie au sein de l’institution.

Les autres réseaux et PO peuvent définir leur propre canevas adapté à leurs réalités et, si question, solliciter leur médecin référent pour déterminer des mesures de sécurité spécifiques à mettre en place pour encadrer les missions et activités.

Consulte cette circulaire pour en savoir plus !

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le Gouvernement wallon a mis en place une aide pour certaines catégories de consommateurs rencontrant des difficultés pour payer leur facture d’énergie. Si tu te trouves dans cette situation, tu auras le statut de « client protégé conjoncturel ».

Ce statut te permettra de :

  • bénéficier du tarif social pendant 12 mois maximum ;
  • arrêter l’éventuelle procédure de défaut de paiement (= procédure qui se met en place quand tu ne payes pas tes factures d’énergie)  et de placement de compteur à budget ;
  • négocier un plan de paiement raisonnable avec le fournisseur d’énergie.

Pour bénéficier du statut de « client protégé conjoncturel », toi ou un des membres qui constituent ton ménage devez entrer dans l’une de ces deux catégories :

  • Bénéficier d’une attestation du CPAS (ou tout autre service social agréé) qui reconnait les difficultés financières à payer les factures d’énergie.
  • Des factures d’énergie impayées, une déclaration de défaut de paiement réalisée par le fournisseur ET :
    • Vous êtes un chômeur complet indemnisé ;
      OU
    • Vous avez perçu des allocations de chômage temporaire pour force majeure en raison du Covid-19, pendant au moins 14 jours de chômage temporaire,
      OU
    • Vous êtes travailleur indépendant, aidant ou conjoint aidant et vous avez bénéficié du droit passerelle en 2020, 2021 et 2022.
      OU
    • Vous disposez d’une attestation de sinistre de votre assurance suite aux inondations du mois de juillet 2021 ou d’un accusé de réception d’une demande d’aide du Fonds des calamités suite aux inondations de juillet 2021.

Le statut de « client protégé conjoncturel » peut être demandé  jusqu’au 31 août 2022. Ce statut prend fin d’office à l’expiration d’un délai de 12 mois à compter de son octroi, ou à la demande de son bénéficiaire.

Pour obtenir plus d’information, rends-toi sur le site d’Energie Info Wallonie.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Comme tu le sais certainement, les établissements scolaires se voient dans l’obligation de mettre en place un certain nombre de cours à distance afin de limiter au maximum la propagation du virus. Afin d’éviter de creuser les inégalités et de renforcer les difficultés des élèves, les autorités ont pris des mesures.

Certains ne disposent en effet pas d’une connexion Internet suffisante pour pouvoir suivre les cours, d’autres n’ont pas d’ordinateur ou doivent le partager avec d’autres membres de leur famille. D’autres encore ne bénéficient pas d’un espace suffisant pour leur permettre de travailler dans le calme. Pour pallier ces problèmes et contrer les potentiels décrochages scolaires, les autorités ont établi une liste des lieux dans lesquels tu peux te rendre afin de suivre ton enseignement à distance. Mis à disposition gratuitement pour la plupart, il s’agit principalement de locaux dans lesquels tu pourras utiliser les équipements disponibles, comme une connexion Internet ou des outils numériques. Tu pourras donc poursuivre ta scolarité le plus sereinement possible.

Parmi ces lieux, on retrouve notamment certains centres Infor Jeunes (https://inforjeunes.be/centre/) :

  • Brabant Wallon (Nivelles) ;
  • Huy ;
  • Entre Sambre et Meuse (Couvin) ;
  • Tournai

Tu peux également consulter le document disponible sur cette page, qui te fournit une liste détaillée (mais non exhaustive) des lieux d’accueil. Cette dernière étant sujette à modification (par exemple : en raison de l’évolution de la crise sanitaire), il vaut mieux te renseigner au préalable auprès de l’organisme où tu souhaiterais te rendre. Il est en effet possible que certains lieux aient du fermer temporairement.

Sache que les CPAS peuvent dans certains cas t’apporter une aide financière pour l’achat d’un ordinateur. Consulte cette FAQ pour en savoir plus !

Enfin, il est désormais possible que tu bénéficies d’une réduction de 75 € pour l’achat ou la location d’un ordinateur ou d’une tablette, ou qu’on t’en fasse le prêt pour une période déterminée. Renseigne-toi auprès de ton établissement scolaire pour en savoir plus ou consulte le site de la FWB !

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Il existe plusieurs manières de te faire dépister en Belgique.

La plus courante est le passage par un centre de dépistage. Tu peux en trouver une liste sur le site info-coronavirus. Ces centres effectuent principalement des tests PCR (par prélèvement dans les narines). Ces tests sont considérés comme efficaces pour savoir si une personne est contaminée ou non. En théorie, le résultat du test est disponible dans les 48 heures.

Il est désormais également possible de te faire tester chez ton médecin traitant ou dans un laboratoire (si tu disposes d’une prescription médicale).

S’il ne t’est pas possible d’effectuer un test PCR, sache qu’il existe d’autres alternatives :

  • Le test antigénique : par prélèvement dans les narines, tu peux obtenir un résultat rapide. Il est cependant moins fiable que le test PCR. D’ailleurs, un résultat négatif à ce test doit être confirmé par un test PCR ;
  • Le test sérologique : par prélèvement de sang, il cherche à détecter la présence d’anticorps au virus. Cela permet de savoir si tu as été précédemment contaminé. Cela ne veut pas dire que tu es immunisé ! De plus, un résultat négatif n’exclut pas une infection du coronavirus car tu peux être contaminé au moment du test sans avoir déjà développé des anticorps ;
  • L’autotest : généralement par prélèvement de sang donc semblable au test sérologique, avec le même inconvénient.

Si ces trois types de tests offrent un résultat rapide (dans les 15 à 30 minutes), ils ne sont cependant pas aussi fiables et précis que le test PCR. Renseigne-toi auprès de ton médecin traitant !

Si tu souhaites savoir dans quels cas tu dois te faire tester, consulte cette FAQ.

Tu souhaites savoir à quelles conditions ton test sera remboursé ? Consulte notre FAQ.

Tu te demandes dans quels cas tu dois respecter une quarantaine ? Rends-toi sur le site de Sciensano.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui.

Depuis le 7 mars, le code jaune est d’application selon le baromètre corona:

  • Tous les élèves (1er, 2e, 3e et 4e degrés) fréquentent l’école à 100% en présentiel ;
  • L’organisation des examens aura lieu selon les modalités normales ;
  • Le réfectoire peut être utilisé et les repas chauds peuvent être servis;
  • Le port du masque n’est plus obligatoire;
  • Au niveau de l’aération : ouvrir les fenêtres avant les cours, aux intercours, pauses, et après les cours ; maintenir les fenêtres (au moins deux s’il y en a plusieurs) entrouvertes pendant les cours et pleinement ouvertes pendant les pauses ; si des aérateurs de fenêtres sont présents, veiller à ce qu’ils soient opérationnels. L’usage du CO² mètre va se généraliser prochainement.
  • Les activités extra-muros d’une journée sont autorisées, ainsi que les activités extra-muros avec nuitées;
  • Les cours d’éducation physique peuvent avoir lieu et les piscines sont ouvertes ;

Si tu souhaites en savoir plus, toutes les règles sont détaillées dans cette circulaire !

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Certaines communes peuvent décider d’interdire la consommation d’alcool sur la voie publique. Cette interdiction peut être soit totale, soit partielle, s’étendant alors sur une tranche horaire limitée. 

Il est donc utile de te renseigner sur les décisions prises dans ta commune à cet égard pour ne pas risquer de te voir infliger une amende ! Dans tous les cas, sache que l’ivresse sur la voie publique, quant à elle, est toujours interdite.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Ton école va analyser la situation, en identifiant précisément les contacts qui ont eu lieu et qui peuvent ou non être considérés à risque :

  • Si la distance physique (1,5m) a bien été respectée, ou si les personnes qui ont passé plus de 15 minutes ensemble, à moins d’1,5m portaient toutes un masque, les autres élèves de la classe, l’enseignant et les autres classes sont considérés comme des contacts à bas risque :
    • Il n’y a pas de test ni de quarantaine mais une information doit être transmise aux parents ;
    • Il faut éviter tout contact avec des personnes plus vulnérables ;
    • Il faut surveiller l’apparition éventuelle de symptômes durant 14 jours chez les enfants et les adultes avec lesquels elle a été en contact et, le cas échéant, contacter son médecin généraliste.
  • Si la distance physique (1,5m) n’a pas été respectée pendant plus de 15 minutes ET que les personnes ne portaient pas toutes adéquatement un masque, les personnes sont considérées comme des contacts à haut risque:
    • Les personnes partiellement vaccinées doivent se mettre en quarantaine pendant au moins 7 jours. Un raccourcissement éventuel de la quarantaine est possible à partir du 4ème jour, à condition qu’un auto-test quotidien soit effectué avec des résultats négatifs jusque J+7. Jusqu’au 10e jour, il faut porter le masque en intérieur et éviter les contacts rapprochés avec d’autres personnes ;
    • Les personnes non vaccinées doivent se mettre en quarantaine pendant 10 jours (7jours si un autotest négatif est effectué quotidiennement) ;
    • Les personnes entièrement vaccinées et asymptomatiques ne doivent pas se mettre en quarantaine ni effectuer de test, mais elles doivent rester prudentes durant 10 jours qui suivent le dernier contact à risque.

Dans tous les cas, il faut surveiller l’apparition de symptômes et si c’est le cas, se mettre en quarantaine et se faire tester.

Les classes ne sont plus automatiquement fermées en fonction des cas mais il peut encore y avoir des décisions locales de fermeture pour des raisons organisationnelles par exemple.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Certains lieux de stage exigent que le stagiaire effectue un test de dépistage avant de pouvoir l’accueillir. Il faut distinguer deux situations (circulaire 8437) :

  • Si la politique sanitaire ou la procédure officielle du lieu de stage prévoit un test à l’entrée : le coût du test est à la charge de l’employeur ;
  • Si le test n’est pas prévu dans la procédure officielle, le lieu de stage ne peut pas l’exiger de la part des stagiaires qui peuvent refuser de s’y soumettre et d’en payer le prix.

Si tu souhaites effectuer un test par mesure de précaution de ta propre initiative, celui-ci sera à tes frais.

Par « procédure officielle », on entend celles prévues par l’Institut scientifique Sciensano.

Ces mesures valent aussi bien dans l’enseignement de plein exercice que celui de promotion sociale.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Les règles appliquées sont les mêmes que celles appliquées à la population générale.

Si un étudiant présente des symptômes, il doit s’isoler et contacter son médecin traitant par téléphone. En fonction de la situation, l’étudiant sera redirigé vers un centre de test.

Tout comme pour la population générale, un suivi des contacts sera mis en place. En cas de contact à haut risque, les mesures de quarantaine et de testing dépendent du statut vaccinal de la personne :

  • Les personnes partiellement vaccinées doivent se mettre en quarantaine pendant au moins 7 jours. Un raccourcissement éventuel de la quarantaine est possible à partir du 4ème jour, à condition qu’un auto-test quotidien soit effectué avec des résultats négatifs jusque J+7. Jusqu’au 10e jour, il faut porter le masque en intérieur et éviter les contacts rapprochés avec d’autres personnes ;
  • Les personnes non vaccinées doivent se mettre en quarantaine pendant 10 jours (7jours si un autotest négatif est effectué quotidiennement) ;
  • Les personnes entièrement vaccinées et asymptomatiques ne doivent pas se mettre en quarantaine ni effectuer de test, mais elles doivent rester prudentes durant 10 jours qui suivent le dernier contact à risque.

Ces règles valent tant pour l’enseignement supérieur de plein exercice que la promotion sociale.

Pour plus d’informations, rends-toi sur le site de Sciensano.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Cela dépend de ta situation. Les autorités ont pris des mesures pour que la crise liée au coronavirus ait le moins d’impact possible sur le parcours des étudiants. Il a donc été décidé que :

  • Si ton inscription pendant l’année 2019-2020 te permet de rester ou redevenir finançable, alors on en tiendra compte ;
  • À l’inverse, si l’année 2019-2020 ne t’est pas favorable (par exemple, parce que tu n’as pas acquis beaucoup de crédits), on ne la prendra pas en considération dans le calcul. On fera donc comme si cette année n’existait pas ;
  • Si tu t’es réorienté lors de l’année 2019-2020, cela ne t’empêchera pas de te réorienter par la suite : on considérera en effet que tu n’as pas encore fait jouer la carte de la réorientation, à nouveau comme si cette année n’existait pas.

Si tu souhaites en savoir plus sur les mesures prises par les autorités en matière de finançabilité, rends-toi sur notre FAQ « Je suis étudiant dans le supérieur, qu’en est-il de ma finançabilité pour l’année 2020-2021 ? ».

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui, pour autant que le licenciement soit justifié.

Ton employeur qui invoque un motif valable (par exemple : restructuration) a le droit de rompre le contrat de travail même s’il est suspendu en raison du coronavirus.

Si tu es au chômage temporaire pour raisons économiques, ton préavis ne débutera que lorsque tu reprendras le travail.

Il en ira de même si tu es au chômage temporaire pour force majeure liée au covid-19 : le délai pour effectuer ton préavis sera suspendu durant les jours de chômage temporaire. Par contre, dans deux cas de figure, il n’y aura pas de suspension/prolongation ou seulement une suspension/prolongation partielle :

  • le délai de préavis qui a pris cours avant le 1er mars 2020 n’est jamais suspendu/prolongé, quelle que soit la période qu’il couvre.
  • la partie du délais de préavis qui a pris cours après le 29 février 2020 mais qui est située avant le 22 juin 2020 n’est pas suspendue/prolongée.

Par exemple : un travailleur a été licencié moyennant la prestation d’un préavis de 20 semaines ayant pris cours le 2 février 2020. Depuis le début de son préavis, il a été mis en chômage temporaire corona à concurrence de 2 jours par semaine, le lundi et le mardi. Aucun jour de chômage temporaire corona ne suspendra le préavis.

Autre exemple : un travailleur a été licencié moyennant la prestation d’un préavis de 20 semaines ayant pris cours le 10 mars 2020. Depuis le début de son préavis, il a été mis en chômage temporaire corona à concurrence de 2 jours par semaine, le lundi et le mardi. Seuls les jours de chômage temporaire corona à compter du 22 juin 2020 suspendront le préavis.

Sache que si c’est toi qui remets ta démission au cours d’une période de chômage temporaire pour force majeure en raison du coronavirus, le délai de préavis prend cours, ce qui signifie qu’il ne sera pas suspendu/prolongé.

Toutes les informations à ce sujet se trouvent sur la FAQ coronavirus de l’ONEM !
Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui !

Sache également que si tu es au chômage temporaire pour raisons économiques, tu ne devras prester aucun préavis. En d’autres termes, tu seras directement libéré du contrat.

Par contre, si tu es au chômage temporaire pour force majeure, les règles concernant la durée du préavis restent inchangées. Tu devras donc le prester normalement. Sa durée varie selon ton ancienneté.

Tu trouveras toutes les informations nécessaires sur le site du SPF Emploi.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

 

Pour l’année académique 2021-2022,

  • Les cours et évaluations peuvent avoir lieu en présentiel ;
  • Les locaux peuvent être occupés à 100% ;
  • Le port du masque n’est plus obligatoire depuis le 7 mars pendant les cours et les examens ;
  • Les locaux doivent être aérés en continu ou minimum toutes les 1h30 et il faut éviter les évaluations/activités d’apprentissage supérieures à 3h en continu dans le même local.

Les bibliothèques, médiathèques et salles informatiques sont accessibles et peuvent être occupées à 100%. Le port du masque n’y est plus obligatoire.

Les stages peuvent également continuer dans le respect des mesures d’application dans le secteur de l’activité. Attention, les stagiaires sont tenus de respecter les règles et conditions en matière sanitaire qui s’appliquent sur le lieu de stage. Ces lieux peuvent donc exiger des stagiaires le respect des obligations qui s’imposent aux membres de leur personnel (testing, vaccination…) et, en cas de refus, ne pas les accepter en stage.

Tu trouveras plus d’informations dans cette circulaire, complétée par celle-ci.

Enfin, sache que depuis le début de la crise sanitaire, certains opérateurs mettent à disposition des étudiants un accès gratuit au Wifi. Consulte cette FAQ pour en savoir plus.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Si tu reviens d’une zone orange, tu ne devras ni être testé, ni subir une quarantaine.

L’obligation générale de remplir un Passenger Locator Form (PLF) est levée dès le 11 mars. Le PLF est uniquement obligatoire pour les personnes se rendant en Belgique avec un transporteur en provenance d’un pays tiers qui ne figure pas sur la liste blanche de l’Union européenne.

Pour connaitre le code couleur par pays, rends toi le site de l’Union européenne.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

L’obligation générale de remplir un Passenger Locator Form (PLF) est supprimée dès le 11 mars. Le PLF est uniquement obligatoire pour les personnes se rendant en Belgique avec un transporteur en provenance d’un pays tiers qui ne figure pas sur la liste blanche de l’Union européenne.

Concernant la quarantaine et le testing, ils dépendent de ta situation vaccinale :

  • Les personnes qui se rendent en Belgique et possèdent l’un des trois certificats COVID (vaccination, test ou rétablissement) ne sont soumises à aucune obligation de test ou de quarantaine ;
  • Les personnes qui résident en Belgique, ne possèdent aucun des trois certificats COVID (vaccination, test ou rétablissement) et voyagent depuis un pays dont la situation est défavorable, doivent se faire tester le premier jour de leur arrivée (test antigénique rapide ou test PCR). Les pays dont la situation est défavorable sont notamment les pays en rouge foncé et les pays tiers qui ne figurent pas sur la liste blanche de l’Union européenne ;
  • Les personnes qui ne résident pas en Belgique doivent être en possession d’un certificat COVID (vaccination, test ou rétablissement) en cours de validité lors de leur entrée en Belgique, sauf pour les courts séjours de moins de 48 heures sans recours à un transporteur. Pour les personnes en provenance de pays ou de régions présentant un nouveau variant préoccupant, les règles actuelles de dépistage et de quarantaine restent inchangées.

Si tu manques l’école parce que tu es malade ou quarantaine, fournis un certificat médical à l’école pour que ton absence soit couverte.

Si tu souhaites en savoir plus sur ta situation propre, n’hésite pas à consulter le site info-coronavirus ou appeler le numéro de la ligne info’ du SPF Santé publique au 0800/14.689.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Alors que certaines mesures étaient déjà en vigueur depuis plusieurs mois (par exemple : le gel de dégressivité des allocations de chômage), un texte a dernièrement été adopté dans le but d’améliorer la situation des travailleurs du secteur culturel.

Celui-ci met en place :

  • La possibilité de cumul entre l’allocation de chômage et les revenus de droits d’auteur et voisins pendant toute la période allant du 1er avril 2020 au 30 septembre 2021 et du 1er janvier 2022 au 31 mars 2022 ;
  • La neutralisation des périodes de référence pour l’acquisition et le maintien du statut artistique pour la période allant du 13 mars 2020 au 30 septembre 2021 inclus ;
  • Le maintien du statut d’artiste jusqu’au 31 mars 2022 si l’artiste ou le technicien bénéficiait déjà de ce statut mais que celui-ci devait arriver à échéance entre le 1er janvier 2022 et le 31 mars 2022;
  • Le gel de la période de référence pour la constatation du droit à refuser une offre d’emploi en dehors du secteur artistique ;
  • L’assouplissement temporaire de l’accès aux allocations de chômage.

Ainsi, si tu travailles dans le secteur culturel, tu pourras bénéficier des allocations de chômage en démontrant avoir presté, entre le 13 mars 2019 et le 31 mars 2022 soit :

  • Au moins 10 activités artistiques pour lesquelles des cotisations sociales ont été retenues ;
  • Au moins 10 activités techniques dans le secteur artistique pour lesquelles des cotisations sociales ont été retenues ;
  • Des activités artistiques et/ou techniques dans le secteur artistique équivalents à au moins 20 journées de travail.

Si tu te trouves dans les conditions pour bénéficier des mesures décrites ci-dessus, tu peux introduire une demande d’accès ou de révision de tes droits. N’hésite donc pas à t’adresser à ton organisme de paiement (CAPAC ou l’un des 3 syndicats : FGTB, CSC ou CGSLB).

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui.

A partir du 11 mars, l’obligation générale de remplir un Passenger Locator Form (PLF) est levée. Le PLF est uniquement obligatoire pour les personnes se rendant en Belgique avec un transporteur en provenance d’un pays tiers qui ne figure pas sur la liste blanche de l’Union européenne.

De plus, les personnes qui se rendent en Belgique et possèdent l’un des trois certificats COVID (vaccination, test ou rétablissement) ne sont soumises à aucune obligation de test ou de quarantaine.

Les personnes qui résident en Belgique, ne possèdent aucun des trois certificats COVID (vaccination, test ou rétablissement) et voyagent depuis un pays dont la situation est défavorable (zone rouge foncé et pays tiers qui ne figurent pas sur la liste blanche de l’UE), doivent se faire tester le premier jour de leur arrivée (test antigénique rapide ou test PCR).

Les personnes qui ne résident pas en Belgique doivent être en possession d’un certificat COVID (vaccination, test ou rétablissement) en cours de validité lors de leur entrée en Belgique, sauf s’ils restent moins de 48 heures en Belgique et qu’ils ne voyagent pas via un transporteur.

Une interdiction d’entrée sur le territoire est maintenue pour les voyages non essentiels des citoyens non européens résidant dans un pays tiers qui ne figure pas sur la liste blanche de l’Union européenne, à moins qu’ils ne disposent d’un certificat de vaccination ou de rétablissement. L’interdiction d’entrée sur le territoire est maintenue pour les voyageurs en provenance de pays ou régions présentant un nouveau variant préoccupant.

Renseigne-toi bien à l’avance via le site des affaires étrangères concernant les restrictions de voyage qui s’appliquent au pays dans lequel tu souhaites te rendre. Les pays (ou les régions) y sont classés en fonction du risque d’infection au coronavirus, et des mesures sont associées aux différentes couleurs :

  • Code couleur rouge : régions ou pays où les individus sont à haut risque d’infection.
  • Code couleur orange : régions ou pays où un risque modérément accru d’infection a été identifié.
  • Code couleur vert : régions ou pays pour lesquels un faible risque d’infection a été établi

Un outil a également été mis en place afin de t’aider à planifier tes voyages : la plateforme web « Re-open EU ». Il te suffit d’y indiquer ton pays de destination et de vérifier dans l’encadré les restrictions éventuellement mises en place !

Tu te poses d’autres questions ? Consulte la FAQ du site info-coronavirus.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Une indemnité complémentaire temporaire est octroyée à certains travailleurs indépendants en situation d’incapacité de travail durant la crise. Cette indemnité, versée par la mutuelle, vient en supplément  de celle déjà existante.

Cette mesure ne s’applique que dans deux situations particulières :

  • Le travailleur indépendant a été reconnu en incapacité de travail au plus tôt le 1er mars 2020 et indemnisé au taux cohabitant ;
  • Le travailleur indépendant a été reconnu en incapacité de travail (indemnisé au taux cohabitant) et a dû (ou doit) interrompre son activité autorisée à partir du 1er mars 2020. Les indépendants visés sont ceux qui percevaient une indemnisation et avaient repris une activité dans les limites fixées par le médecin conseil.

Cette mesure prend effet rétroactivement au 1er mars 2020 et continuera de produire ses effets aussi longtemps que les mesures temporaires de crise du droit passerelle resteront d’application. Retrouve plus d’informations sur le site de l’Inami.

Par exemple : tu as été reconnu en incapacité de travail le 10 mars 2020. Tu recevras une indemnisation complémentaire à partir du 10 mars 2020 et, ensuite, pour chaque mois durant lesquels tu as été en incapacité.

Afin d’obtenir des informations complémentaires à cet égard, n’hésite pas à prendre contact avec ta mutualité.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

En plus de l’indemnité habituelle délivrée par l’INAMI (Institut national d’assurance maladie-invalidité), tu as droit à une indemnité supplémentaire pour l’incapacité de travail primaire (c’est-à-dire, de moins d’un an).

Pour en bénéficier, plusieurs conditions doivent être remplies, à savoir :

  • Être reconnu en incapacité de travail à partir du 1er mars 2020 au plus tôt (pas avant) ;
  • Être lié par un contrat de travail ou assimilé ;
  • Avoir un salaire journalier brut inférieur à 141,1333€ (si tu perçois un salaire fixe par mois, ce salaire mensuel sera divisé par 26 pour calculer ce montant).

Si tu réponds à ces conditions, tu recevras, en plus de ton indemnité d’incapacité de travail primaire qui correspond à 60% de ton salaire journalier brut, une indemnité supplémentaire égale à 10% de ton salaire journalier brut, à laquelle on ajoutera encore 5,97€.

Attention, la somme des deux indemnités ne peut dépasser 84,68€ par jour, ni être inférieure à 64,97 € par jour.

Par exemple : ton salaire journalier brut s’élève à 75 €.  Ton indemnité d’incapacité primaire s’élève donc à 45€ (60 % de votre salaire journalier brut). Ton indemnité d’incapacité primaire supplémentaire s’élèverait normalement à 13,47€ (10 % de 75€, soit 7,5€ + 5,97€). Elle sera toutefois augmentée à 19,97€ (64,97€ – 45€) pour ne pas descendre sous le montant total minimum garanti de 64,97€. Au total, tu percevras 64,97€ (45€ + 19,97€).

Cette mesure vaut pour les périodes d’incapacité de travail allant du 1er mars 2020 au 31 mars 2022 inclus.

Depuis le 1er janvier 2021, une mesure de limitation est toutefois d’application. La somme de ton indemnité d’incapacité de travail primaire et de ton indemnité supplémentaire ne peut pas dépasser ton salaire journalier brut. Si c’est le cas, ton indemnité supplémentaire est alors limitée au montant de ton salaire journalier brut.

Retrouve toutes ces informations, ainsi que les montants valables pour les périodes antérieures au 28 février 2022, sur le site de l’INAMI.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Depuis le 7 mars 2022, le port du masque est obligatoire pour tout le monde à partir de 12 ans dans les situation suivantes :

  • Dans les transports en commun (tram, métro, bus et train) ;
  • Dans les établissements de soins tels que les hôpitaux et les maisons de repos.

Il n’est plus obligatoire dans l’enseignement.

Le port du masque reste recommandé, entre autres dans les espaces intérieurs, en cas de grande affluence et dans les endroits où la distance d’1,5 mètre ne peut être garantie. L’utilisation d’un masque FFP2 reste de plus recommandée pour les personnes vulnérables.

Si tu souhaites obtenir plus d’informations concernant le port du masque, tu peux te rendre sur le site des autorités.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Cours 

Pour l’année académique 2021-2022, de nouvelles règles sont en vigueur :

  • Tous les cours et évaluations peuvent avoir lieu en présentiel
  • les salles de cours peuvent être occupées à 100% et l’aération doit être optimale
  • Distanciation physique d’1,5 m
  • Laboratoires et travaux pratiques autorisés (à adapter conformément aux règles sanitaires liées au secteur d’activité) et une aération optimale

Tu peux te rendre dans les bibliothèques, médiathèques et salles informatiques.

Stages

Les stages peuvent également continuer dans le respect des modalités et règles sanitaires d’application dans le secteur d’activité où se déroule le stage. Les stagiaires sont tenus de respecter les règles et conditions en matière sanitaire qui s’appliquent sur le lieu de stage. Ces lieux peuvent donc exiger des stagiaires le respect des obligations qui s’imposent aux membres de leur personnel (testing, vaccination…) et, en cas de refus, ne pas les accepter en stage (pour plus d’informations sur les stages, consulte cette circulaire).

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Si tu étais finançable et régulièrement inscrit à l’année académique 2019-2020, tu es réputé finançable pour l’année académique 2020-2021 et ce, peu importe les résultats que tu as obtenus. L’objectif des mesures est de te replacer dans la situation dans laquelle tu te trouvais au début de l’année académique 2019-2020.

Par exemple : tu es en dernière année de master et suite au Covid-19, tu n’as validé que 15 crédits sur 60. Tu recommences ton année en étant d’office réputé finançable. Ton établissement n’effectuera donc pas de calcul de finançabilité en se basant sur tes trois années précédentes, etc. comme c’est normalement le cas en vertu des critères de finançabilité habituels.

Sont par contre exclus de ces mesures, les étudiants inscrits sur dérogation en 2019-2020.

Par exemple : tu as bénéficié d’une inscription sur dérogation car tu n’étais plus finançable en 2019-2020. Cette règle ne s’applique malheureusement pas à toi, ce qui fait que tu n’es pas automatiquement considéré comme finançable en 2020-2021 et tu devras répondre aux critères habituels de finançabilité.

Enfin, les étudiants hors UE et non assimilés ne seront pas automatiquement finançables s’ils se réorientent ou changent de cycle d’études.

Cette dérogation ne s’étend pas au-delà de l’année académique 2020-2021. En d’autres termes, à partir de l’année académique 2021-2022, les critères habituels sont à nouveau d’application (sauf nouvelle décision contraire).

Toutefois, lorsqu’on calcule ta finançabilité, on peut :

  • Ne pas tenir compte de l’année 2019-2020 si elle t’est défavorable
  • Faire comme si tu ne t’étais pas réorienté si tu t’étais réorienté en 2019-2020.

Si tu souhaites plus d’informations à ce sujet, n’hésite pas à consulter nos FAQs : «  » et « Dans quelles situations ne suis-je plus finançable ? ».

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui !

Tu as le droit de rompre le contrat de travail même s’il est suspendu en raison du coronavirus.

Sache également que le délai de préavis débute/se poursuit pendant la suspension. En d’autres termes, il commence le lundi qui suit la semaine au cours de laquelle tu notifies à ton employeur ton intention de partir même si tu es en chômage temporaire pour force majeure.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui !

Rien n’est prévu dans la loi à ce sujet. Pour te protéger, et que tu aies quand même droit à une indemnité, on applique les règles normalement valables durant ta période d’essai (à savoir, les trois premiers jours de ton contrat de travail). L’employeur a le droit de résilier ton contrat sans préavis durant ces trois premiers jours. Il doit cependant te payer pour la journée prestée. Dans le cas où il mettrait fin à ton contrat avant son début, on considérera que tu te trouves dans la première journée d’essai et que tu as donc droit à une indemnité d’une journée comme si tu avais travaillé.

 

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui, à certaines conditions.

Le test PCR ou antigénique est remboursé dans certaines situations :

  • Si le test est effectué selon les directives de Sciensano ;
  • ET si tu as soit une prescription d’un médecin, soit un code CTP valide (coronatest prescription code).

Actuellement, tu respectes les conditions si :

  • Tu présentes des symptômes du covid ;
  • Tu es testé lors d’un dépistage de groupe ;
  • Tu reviens d’une zone rouge ;
  • Tu es admis à l’hôpital ou en maison de repos.

Attention : depuis le 10 janvier 2022, si tu es « contact à haut risque » mais que tu es asymptomatique, tu ne dois plus te faire tester. Pour cette raison, si tu n’as pas de symptôme, un test PCR fait à partir du 10 janvier 2022 ne sera plus remboursé.

Si tu entres dans les conditions pour être remboursé, en principe, le laboratoire envoie la facture directement à ta mutuelle, et tu ne dois donc rien payer. N’hésite pas à téléphoner à ton médecin ou à consulter le site de l’INAMI pour en savoir plus.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Pour la période comprise entre le 1er janvier 2021 et le 31 décembre 2021 inclus, il a été décidé que les jours de chômage temporaire liés à la crise du coronavirus comptaient comme des jours effectifs de travail. Cela signifie que, même si tu n’as pas travaillé pendant plusieurs semaines, on considérera que tu as travaillé lors du calcul de la durée de tes vacances et de ton pécule.

Cette mesure pourrait être prolongée en fonction de l’évolution de la pandémie.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui !

Tout bénéficiaire du revenu d’intégration sociale ou de l’aide sociale équivalente, a droit à une aide temporaire forfaitaire supplémentaire. Jusqu’au 30 septembre 2021, cette aide était de 50€/mois. Depuis le mois d’octobre, elle est passée à 25€/mois. Cette aide, appelée « prime corona » est octroyée pour les mois où tu bénéficies du RIS ou de l’aide équivalente entre les mois de juillet 2020 et de mars 2022. La mesure est prolongée jusqu’au 31 mars 2022.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

En 2022, les heures prestées par les étudiants travaillant dans le secteur des soins de santé ou dans l’enseignement lors du 1er trimestre 2022 (janvier-février-mars) n’entrent pas en compte dans le calcul des 475 heures annuelles.

Pour les autres étudiants, 45 heures de travail étudiant sont neutralisées en janvier-février-mars 2022. Autrement dit, si tu travailles jusqu’à 45h pendant ce trimestre, les heures prestées ne seront pas déduites de ton quota de 475h.

Avec la neutralisation des 475 heures, de nouvelles mesures ont également été prises pour les impôts. Pour en savoir plus, consulte notre FAQ : «Si mes 475 heures sont suspendues, est-ce aussi le cas pour mes allocations familiales et impôts ? ». 

Consulte Student@work pour en savoir plus !

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

En 2022, les revenus des étudiants travaillant dans le secteur des soins de santé et de l’enseignement ne sont pas pris en compte pour le 1er trimestre 2022 (janvier-février-mars) afin de vérifier s’ils sont toujours à charge de leur parents.

Attention, la limite de 13.242,86 € brut pour ne pas payer d’impôts en tant qu’étudiant est toujours d’application malgré la neutralisation des heures de travail étudiant en janvier-février-mars 2022.

Pour rappel, et puisque cela aura un impact pour la déclaration fiscale 2022 de tes parents, les revenus de tout étudiant jobbiste perçus pendant le 3ème trimestre de 2021 (juillet-août-septembre) ne seront pas pris en compte pour déterminer s’ils restent à charge de leur parents sur le plan fiscal.

De plus, pour les jeunes travaillant dans le secteur des soins de santé ou dans l’enseignement, les heures du 1er et 2ème trimestre 2021 (janvier-février-mars-avril-mai-juin) ont également été neutralisées dans le calcul des 475h. Pour ces étudiants, les revenus obtenus dans le cadre de leur job étudiant des 1er et 2ème trimestres 2021 ne sont pas pris en compte pour déterminer s’ils restent fiscalement à charge de leurs parents.

Consulte Student@work pour en savoir plus !

Aucune mesure n’a été prise en 2022 concernant les allocations familiales.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

En principe, si tu as déjà fixé tes congés à l’avance, tu dois les prendre aux dates convenues, même si les motifs de ta demande de congé n’existent plus (par exemple : vacances à l’étranger annulées). Tu peux toutefois t’arranger avec ton employeur pour savoir s’il est possible de les annuler ou les reporter à une date ultérieure. S’il est d’accord, gardes-en la preuve écrite.

Il reste toutefois en droit de refuser de déplacer tes congés car, contrairement à d’autres pays, la Belgique n’a pas prévu de mesures pour que les travailleurs puissent reporter leurs congés à l’année suivante. Le risque est qu’en cas d’annulation massive des congés, tous les salariés soient obligés de prendre leurs congés à la même période, soit en fin d’année.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Depuis le 11 janvier, les auto-écoles ont pu reprendre leurs activités selon un protocole sanitaire strict. Cela implique la reprise des cours des écoles de conduite et centres d’examen pour le permis B.

De plus, si tu dois suivre l’enseignement théorique de la conduite, sache qu’il peut désormais se faire par visioconférence. Il faut prendre tes renseignements auprès de l’école de conduite pour t’y inscrire. Dans tous les cas, les inscriptions sont clôturées au plus tard un jour ouvrable avant le commencement du cycle de cours.
L’école de conduite doit t’envoyer une confirmation d’inscription qui reprend :

  • Le calendrier de la formation contenant les jours et heures des séances ;
  • Le moyen d’authentification, le lien électronique permettant d’accéder au cours par visioconférence ainsi que l’identifiant et le code éventuel d’accès ;
  • Les modalités des cours par visioconférence ;
  • Les règles applicables et alternatives proposées en cas de circonstances conduisant à l’impossibilité pour l’instructeur de dispenser ou poursuivre une leçon par visioconférence, notamment suite à un problème technique soudain.

Enfin, sache que les autorités ont prolongé tous les documents (attestation, certificat, etc.) expirant après le 15 mars 2020. Ils sont prolongés automatiquement d’une des deux manières suivantes :

  • Soit jusqu’au 31 décembre 2021 inclus s’ils expirent après le 15 mars 2020 et avant le 1er octobre 2021;
  • Soit jusqu’au 31 mars 2022 inclus s’ils expirent après le 30 septembre 2021 et avant le 1er janvier 2022.

Pour de plus amples informations à ce sujet, rends-toi sur le site du SPW Mobilité.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Il est clairement indiqué sur le site du SPF Emploi que « Comme le coronavirus est très contagieux et que les médicaments n’existent pas encore, les employeurs doivent se conformer strictement aux mesures gouvernementales. Les employeurs qui ne respectent pas ces mesures s’exposent à de lourdes sanctions ».

Dès lors, si tu as l’impression que ton employeur n’a pas correctement appliqué les différentes mesures imposées par les autorités pour limiter la propagation du virus (par exemple : ne pas assurer le respect des règles de distanciation sociale, ne pas assurer un cadre de travail sain et hygiénique), tu peux dénoncer cette situation aux services compétents. Mais avant de le faire, tu dois d’abord en parler à ton employeur, si possible par écrit afin de conserver des preuves. Si tu ne parviens pas à te faire entendre, tu peux contacter le conseiller en prévention du Service interne et/ou externe pour la prévention et la protection au travail.

Ensuite, tu peux toujours prendre contact avec le Contrôle du bien-être au travail qui se charge de faire respecter les règles de sécurité et de bien-être au travail. Il est également possible de dénoncer cette situation en remplissant un formulaire mis en ligne par le Service d’Information et de Recherche Sociale.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Bien sûr.

1. Le CPAS compétent

En règle générale, le CPAS compétent est celui de la commune dans laquelle tu te trouves habituellement (ta résidence effective). Dès lors, si tu vis chez ton compagnon/ta compagne mais que tu es toujours domicilié chez tes parents, ce sera le CPAS de la commune où tu résides avec ton compagnon/ta compagne.

Attention, il y a une exception pour les étudiants. Si tu es étudiant, le CPAS compétent est celui de la commune où tu es inscrit au service population (ton domicile). Dans l’exemple précédent, ce sera le CPAS de la commune où tes parents habitent.

2. Les aides possibles

Le CPAS peut t’offrir deux types d’aide :

  • Le droit à l’intégration sociale qui peut prendre la forme soit d’un revenu soit d’un emploi ;
  • L’aide sociale dont la forme varie suivant le type de besoin (aide au logement, aide aux études, aide juridique, aide médicale, etc.). De même, lorsqu’une personne est confrontée à un besoin financier « exceptionnel » (par exemple : hospitalisation), le CPAS peut lui apporter une aide financière.

Pour en savoir plus sur les différentes aides et leurs conditions, nous t’invitons à consulter les FAQ : « Qu’est-ce que le revenu d’intégration sociale ? »« Qu’est-ce que l’aide sociale ? » et .

3. Les formalités

Malgré les mesures sanitaires, les CPAS doivent continuer à maintenir une permanence par mail ou téléphone, pour répondre aux demandes. Une enquête sociale aura donc lieu, si possible à distance, pour déterminer si tu rentres effectivement dans les conditions d’aide du CPAS.

Le CPAS a en outre reçu une aide financière suite à la crise sanitaire actuelle qui se présente sous la forme d’un fond Covid-19. Si ta situation financière s’est aggravée suite au coronavirus, tu peux bénéficier de l’aide sociale sans être obligé d’avoir un dossier déjà ouvert au CPAS pour introduire une première demande.

Le CPAS devra te rendre une décision dans les 30 jours qui suivent ta demande, sans qu’il puisse invoquer un retard suite aux mesures de confinement.

Jusqu’au 30 septembre 2021, une prime de 50 € était octroyée à tous les bénéficiaires du RIS ou de l’aide équivalente. Depuis octobre, et jusqu’au 31 mars 2022, la prime est passée à 25 €.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui !

Quand tu es malade, tu es obligé de produire un certificat médical à ton employeur si :

  • C’est inscrit dans une convention collective de travail (CCT) ;
  • C’est prévu dans une convention d’entreprise ;
  • C’est noté dans ton règlement de travail ;
  • Ton employeur te le demande.
Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Actuellement, non.

Les autorités ont en effet levé les mesures concernant le télétravail obligatoire, même si le travail à domicile reste recommandé pour le moment. Si le télétravail structurel n’est pas d’application dans ton entreprise, ton employeur n’a aucune obligation à te l’accorder.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui, partiellement.

Les autorités ont rendu le télétravail partiel fortement recommandé, dans le secteur privé et public, sauf si la nature de la fonction ou la continuité des activités ne le permettent pas.

Cependant, le télétravail n’étant plus obligatoire, les employeurs ne sont plus obligés de le prévoir.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui !

Lorsque tu prestes des heures de télétravail, tu es assuré contre les accidents survenant directement chez toi (par exemple : chute dans l’escalier) mais également lors de certains trajets que tu fais habituellement sur le chemin du travail (par exemple : pour amener tes enfants à l’école ou à la crèche).

En cas d’accident au cours de la journée de télétravail, l’accident est présumé lié au travail dans le cadre du télétravail.  Tu n’es donc pas couvert si ton accident ne résulte pas d’activités liées au travail (par exemple si tu tonds ta pelouse pendant tes heures de travail). Dans ce cadre, il est important de fixer par écrit le lieu et le moment où le télétravail sera effectué. Sache qu’aucune distinction n’est faite entre les télétravailleurs structurels et occasionnels à cet égard.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Tout dépend de l’assurance.

Il faut que tu saches que beaucoup de compagnies d’assurance ne prévoient pas de couverture des frais en cas d’annulation d’un séjour en raison d’une épidémie.

Afin d’obtenir de plus amples renseignements, rends-toi sur le site assurance.be qui détaille les conditions de différentes compagnies d’assurance ou contacte directement la tienne avant d’annuler ton séjour.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Tout dépend de ta situation.

Le chômage pour raisons économiques est accessible aux :

  • Salariés (employés et ouvriers) du secteur privé et public ;
  • Travailleurs intérimaires ;
  • Apprentis qui suivent une formation en alternance.

Afin de pouvoir bénéficier du chômage temporaire pour raisons économiques, le travailleur doit être admissible au chômage complet. Pour en savoir plus, consulte la FAQ : « À quelles conditions ai-je droit aux allocations de chômage ? ». Il revient à ton employeur d’introduire la demande en suivant les démarches détaillées sur le site de l’ONEM.

Si tu désires obtenir plus d’informations sur le chômage temporaire, consulte la FAQ : « qu’est-ce que le chômage temporaire ? » .

Sache que jusqu’au 31 mars 2022, une application flexible de la force majeure est acceptée par l’ONEM. Ainsi, toutes les formes de chômage temporaire imputables au coronavirus peuvent être déclarées comme du chômage temporaire pour cause de force majeure « corona », et ce, même s’il s’agit, à strictement parler, de chômage économique.

Les jobistes étudiants ne sont pas visés par le chômage temporaire sauf s’ils ont atteint l’âge de 18 ans et soit:

  • s’ils travaillent sous contrat d’occupation étudiant durant les mois de juillet, août et/ou septembre, après la fin de leurs études. Dans ce cas, une déclaration indiquant que le jeune n’a plus l’intention de poursuivre ses études après les vacances, doit être jointe à la demande d’allocations;
  • s’ils suivent un enseignement à horaire réduit;
  • s’ils suivent un enseignement qui se déroule principalement le samedi et en soirée (après 17h).

Pour en savoir plus, consulte la FAQ « Ai-je droit au chômage temporaire si mon job étudiant est suspendu ? »

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Tout dépend de ta situation.

Le chômage pour force majeure est accessible aux :

  • Salariés (employés et ouvriers) des secteurs privé et public ;
  • Travailleurs intérimaires ;
  • Apprentis qui suivent une formation en alternance.

Pour ces trois cas, aucune condition d’admissibilité n’est requise pour ouvrir ton droit au chômage temporaire pour cause de force majeure. En d’autres termes, tu pourras en bénéficier directement si la force majeure est bien prouvée (par exemple : fermeture forcée de l’entreprise). Il revient à ton employeur d’introduire la demande en suivant les démarches détaillées sur le site de l’ONEM.

Si tu désires obtenir plus d’informations sur le chômage temporaire, consulte la FAQ : « qu’est-ce que le chômage temporaire ? ».

L’intégralité du chômage temporaire dû au coronavirus peut être considéré jusqu’au 31.03.2022 comme du chômage temporaire pour force majeure corona.

Les jobistes étudiants ne sont pas visés par le chômage temporaire sauf s’ils ont atteint l’âge de 18 ans et soit :

  • s’ils travaillent sous contrat d’occupation étudiant durant les mois de juillet, août et/ou septembre, après la fin de leurs études. Dans ce cas, une déclaration indiquant que le jeune n’a plus l’intention de poursuivre ses études après les vacances, doit être jointe à la demande d’allocations;
  • s’ils suivent un enseignement à horaire réduit;
  • s’ils suivent un enseignement qui se déroule principalement le samedi et en soirée (après 17h).

Pour en savoir plus, consulte la FAQ « Ai-je droit au chômage temporaire si mon job étudiant est suspendu ? »

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui !
Si tu es apprenti-ouvrier en alternance, sache que ton employeur peut te mettre en chômage temporaire, c’est-à-dire que le contrat de travail peut être suspendu partiellement (diminution des heures de travail) ou totalement (arrêt total du travail), durant la période de confinement.

Sache en plus que si tu perçois des allocations de chômage temporaire, tu peux désormais continuer à bénéficier de tes allocations familiales en même temps.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le chômage temporaire concerne les travailleurs dont les prestations de travail sont temporairement suspendues ou réduites.

Face à la pandémie actuelle, il faut distinguer deux types de chômage temporaire :

  • Pour cause de force majeure qui rend impossible l’exécution du contrat de travail (par exemple : fermeture forcée de l’entreprise) ;
  • Pour raisons économiques qui rendent impossible le maintien du rythme de travail existant dans l’entreprise (par exemple : diminution du nombre de commande ou de clientèle).

En cas de suspension ou de réduction de tes prestations, tu peux prétendre aux allocations de chômage temporaire. C’est ton employeur qui doit introduire la demande auprès de l’ONEM.

L’intégralité du chômage temporaire dû au coronavirus peut être considéré jusqu’au 31 mars 2022 comme du chômage temporaire pour force majeure corona.

Les jobistes étudiants ne sont pas visés par le chômage temporaire sauf s’ils ont atteint l’âge de 18 ans et soit:

  • s’ils travaillent sous contrat d’occupation étudiant durant les mois de juillet, août et/ou septembre, après la fin de leurs études. Dans ce cas, une déclaration indiquant que le jeune n’a plus l’intention de poursuivre ses études après les vacances, doit être jointe à la demande d’allocations;
  • s’ils suivent un enseignement à horaire réduit;
  • s’ils suivent un enseignement qui se déroule principalement le samedi et en soirée (après 17h).

Pour en savoir plus, consulte la FAQ « Ai-je droit au chômage temporaire si mon job étudiant est suspendu ? »

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Oui mais ton employeur doit respecter les règles habituelles de préavis.

Il doit donc t’informer de la fin de ton contrat d’occupation étudiant par courrier recommandé. Dans ce cas, tu dois prester un préavis, c’est-à-dire que tu dois te rendre sur le lieu de ton travail pendant :
3 jours si tu as travaillé pour ton employeur depuis moins d’un mois ;
7 jours si tu as travaillé pour lui depuis plus d’un mois.

Bien sûr, tu seras donc encore payé pendant ces 3 ou 7 jours.

Attention, ces mesures ne valent pas si tu étais en période d’essai. Dans ce cas, ton employeur peut mettre fin à ton contrat sans préavis ni indemnités.

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Si l’événement auquel tu devais assister a été annulé, il est vivement conseillé de prendre directement contact avec l’organisateur de l’événement. Ce dernier est tenu de soit de :
– Te rembourser intégralement ;
– Reprogrammer l’événement à une date ultérieure, dans un délai de deux ans maximum après la date initialement prévue.

Tu pourras obtenir le remboursement si tu arrives à prouver que la date du report de l’événement ne te convient pas (par exemple : si tu es en vacances à l’étranger).

Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Malheureusement, oui !

Les entreprises sont directement touchées par la propagation du coronavirus et les restrictions gouvernementales, ce qui a pour conséquence une diminution de la clientèle, de la production et de leur chiffre d’affaires. Ton employeur n’a donc peut-être plus assez de travail pour toi ou n’est plus en mesure de te payer. Il peut donc légitimement réduire ton horaire de travail ou tout simplement le suspendre.

Pour compléter cette perte financière, tu n’as malheureusement pas droit au chômage temporaire. Le chômage temporaire est une aide financière qui est uniquement octroyée aux travailleurs salariés, ouvriers, intérimaires et apprentis qui subissent une diminution ou une suspension de leur temps de travail.

Par exception, tu peux avoir droit au chômage temporaire en tant qu’étudiant si tu as atteint l’âge de 18 ans et soit :

  • si tu travailles sous contrat d’occupation d’étudiant durant les mois de juillet, août et/ou septembre, après la fin de tes études (attention, une déclaration jointe à la demande d’allocations prévoit que le jeune n’a plus l’intention de poursuivre ses études après les vacances);
  • si tu suis un enseignement à horaire réduit;
  • si tu suis un enseignement qui se déroule principalement le samedi et en soirée (après 17h).
Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Pas à l’heure actuelle malheureusement. 

En principe, les étudiants ne peuvent pas être mis en chômage temporaire aussi longtemps qu’ils suivent des études de plein exercice.

Par exception, tu peux avoir droit au chômage temporaire si tu as atteint l’âge de 18 ans et soit :

  • si tu travailles sous contrat d’occupation d’étudiant durant les mois de juillet, août et/ou septembre, après la fin de tes études (attention, une déclaration jointe à la demande d’allocations prévoit que le jeune n’a plus l’intention de poursuivre ses études après les vacances);
  • si tu suis un enseignement à horaire réduit;
  • si tu suis un enseignement qui se déroule principalement le samedi et en soirée (après 17h).
Dans cette réponse, le masculin est utilisé comme genre neutre et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Tu n'as pas trouvé toutes les réponses
à tes questions ?

Pose-nous directement ta question ou trouve le centre le plus proche de chez toi...