Mode de vie alternatif : la vie en communauté

11 juin 2020 (Modifié le 12 juin 2020) Qualité de vie

En tant que jeune, il est parfois difficile de se projeter dans l’avenir ou dans un mode de vie ordinaire. Au fil du temps, de nouveaux modes de vie se développent d’ailleurs pour correspondre au mieux aux besoins actuels. Nous allons te présenter ici un mode de vie qui existe déjà depuis des années et qui pourtant est peu connu auprès des jeunes : la vie en communauté. Yves et Sangeeta, qui ont choisi de vivre au sein de la communauté Emmaüs de la Poudrière, ont répondu à nos questions.

Quel est le principe de le vie en communauté à la Poudrière ?

« Apprendre, réapprendre à vivre ensemble » est la devise de la Communauté de la Poudrière, où nous vivons depuis 26 ans. Une communauté pluraliste où se mêlent des personnes, d’origines sociale et philosophique différentes, dans un projet de solidarité avec des personnes exclues de la société ou des personnes en recherche d’alternatives de vie.

Notre mode de vie est avant tout un partage de notre travail, de nos journées (repas), de nos projets et lieux d’habitation tout en permettant bien sûr l’intimité de chacun ainsi que sa liberté de s’engager dans cette communauté ou de rebondir vers un autre choix de vie.

Pourquoi ce choix de vie ?

À l’époque, jeunes étudiants en couple à Bruxelles, nous découvrons en marge de la société des personnes exclues dont certains trouveront finalement refuge dans notre petit kot de deux pièces. C’est à partir de cette expérience d’accueil que nous avons décidé, à la fin de nos études, de rejoindre l’expérience de la communauté de la Poudrière qui réalisait depuis de nombreuses années ce projet d’accueil de personnes en difficultés.

Quelles sont les différences avec le mode de vie dit « ordinaire » ?

Quand nos enfants invitaient leurs copains de classe à notre table où nous partageons le repas, à vingt ou trente personnes chaque jour, ceux-ci s’exclamaient : il y a un anniversaire ? Et nos enfants ne comprenaient pas cette question, car ils vivaient au quotidien cette ambiance festive d’un repas partagé ensemble.

Certes, la joie et la solidarité qui se dégagent d’une vie de groupe peut parfois aussi être vécue comme une lourdeur dans l’organisation des journées ou la complexité des rapports humains mais il nous semble, au terme de bientôt trente ans, que ce bonheur de vivre ensemble fait de notre vie commune un havre de paix et de joies profondes.

Qu’est-ce que cela peut apporter à un jeune ?

On peut remarquer, pour les jeunes qui ont vécu depuis leur naissance dans la communauté ou ceux qui y passent un temps de leur vie (retraite, camp, stage), la découverte de la mixité sociale, des expériences humaines et surtout le fait de se rendre compte que l’on peut vivre ensemble au-delà des différences.

Ce mode de vie peut-il convenir aux jeunes d’aujourd’hui ?

Il y a en tout cas régulièrement des jeunes qui passent un moment dans la communauté afin de découvrir une alternative au modèle individualiste de notre société. Ils se rendent alors compte que le partage offre une réelle alternative pour vivre un bonheur qui ne dépend pas de notre richesse matérielle ou de notre situation professionnelle et que ce mode de vie peut, en plus, contribuer à une société sans exclusion majeure et respectueuse des défis climatiques qui s’imposent à la société de consommation.

Plus d’infos ?

Ce mode de vie t’intéresse, t’intrigue ? Rends-toi sur le site internet de la Poudrière pour en savoir plus :

https://www.lapoudriere.be

Sur le même sujet

Les différents régimes alimentaires
Qualité de vie

Les différents régimes alimentaires

26 juin 2020

Ces dernières années, une panoplie complète de nouveaux types de régimes alimentaires est appa...

Cannabis récréatif et thérapeutique : quelle est la différence ?
Qualité de vie

Cannabis récréatif et thérapeutique : quelle est la différence ?

26 juin 2020

Tu as souvent entendu parler de cannabis thérapeutique (ou médical) et tu te demandes ce qui l...

La « fast fashion », ce phénomène néfaste
Qualité de vie

La « fast fashion », ce phénomène néfaste

19 juin 2020

Aujourd’hui, on achète 6 fois plus de vêtements qu’il y a 20 ans ! Finies les deux collections...

-->