Gloire à la glande ! Petit plaidoyer pour le droit de ne rien faire

14 décembre 2018 Qualité de vie

Aujourd’hui, tout va plus vite. Jeunes et moins jeunes ont accès à ce qu’ils veulent rapidement et trouvent toujours quelque chose à faire. On se méfie de l’ennui, de l’inactivité, qui sont perçus comme contre-productifs. Pourtant, à l’adolescence notamment, ces « temps morts » s’avèrent indispensables pour notre bon développement…

Si vous avez moins de 18 ans, vous faites partie de la génération née au XXIe siècle. Un siècle où la surconsommation et la compétitivité sont reines. Notre société actuelle semble avoir un besoin existentiel d’ « avoir » et de « faire » des choses, avec souvent des conséquences désastreuses sur notre bien-être .

Ne rien faire ?

Ne rien faire ne signifie pas rester allonger dans son lit jusque 15h. Tu peux trouver une activité qui ne te demande pas d’efforts, car tu aimes ça. Par exemple, lire un bon livre ou aller te balader. Le but est d’éliminer toutes les petites choses de la journée qui ont pu te contrarier ou qui ont demandé des efforts. Pense donc à une activité qui te détend.

Privilégie ta santé !

Pouvoir relâcher la pression de la journée peut te permettre de respirer un bon coup, de prendre du recul sur ce que tu vis et de rester concentré sur des tâches plus importantes ! Ce moment t’es complètement dédié. Il te permet de te tourner vers tes pensées, vers des informations récentes auxquelles tu as été confronté. Cela va en quelque sorte te permettre de faire une synthèse de toutes les informations que tu as pu avoir.

Le neuropsychologue Francis Eustache a réalisé une étude qui démontre que lorsque le corps humain ne fait pas d’activité, son cerveau se met en mode   » par défaut   » et fait alors le tri des informations qu’il contient. Cette étape est absolument indispensable.  Il est donc important pour un individu en développement d’avoir des moments où il ne fait « rien ».[1]

A-t-on le temps de prendre notre temps ?

Il est vrai qu’aujourd’hui, nous sommes stimulés en permanence par ce qui nous entoure : smartphone, télévision, internet. Si l’on est hyper stimulé, nous aurons du mal à nous concentrer sur ce bien- être qui peut nous faire défaut. Alors parfois il faut pouvoir prendre le temps de prendre son temps et de se déconnecter. Ce face-à-face avec soi est d’autant plus important qu’il nous apprend à rester seul et à ne pas être trop dépendant des autres et de ce qui nous entoure. Même si le fait de côtoyer d’autres personnes participe également – et évidemment – à notre évolution !

Au fond, l’ennui permet à la fois de se découvrir et de se construire, mais il éveille aussi nos aptitudes créatives et réflexives. L’ennui peut s’avérer bénéfique, à partir du moment où ce n’est pas exagéré. Trouver un juste milieu semble donc être la solution miracle. A toi d’essayer de trouver cet équilibre, ta santé en dépend.

Sources :

Sur le même sujet

Code de bien-être animal
Qualité de vie

Code de bien-être animal

14 juin 2019

Au fil des siècles, l’Homme a domestiqué de nombreux animaux au point que certains sont devenu...

Recycler mes vêtements ?           Pour quelle(s) raison(s) ?
Qualité de vie

Recycler mes vêtements ? Pour quelle(s) raison(s) ?

28 mai 2019

Le recyclage fait partie de la vie de tous les jours. Papiers, cartons, électroménagers ou enc...

Les coopératives : « un fonctionnement plus humain »
Qualité de vie

Les coopératives : « un fonctionnement plus humain »

21 décembre 2018

Alors que certains tentent de réformer le système, d’autres décident de faire le système. Notr...