Envie d’être… bénévole dans un refuge

19 mai 2017 (Modifié le 29 août 2018) Envie d'être ...

Découvre l’interview de Danielle, 62 ans, bénévole dans un refuge.

 

En quoi consiste votre travail de bénévole dans le centre/l’association?

Help Animals www.helpanimals.be (sur Facebook : Help Animals Officiel) est un petit refuge pour chats et chiens à Anderlecht.
J’ai commencé en 2012 par promener les chiens, parfois les brosser ou donner un bain. Ensuite j’ai commencé dans la  » quarantaine*  » des chats. (* Avant de mettre un nouvel arrivé avec les résidents, il faut l’isoler quelques jours, le temps de le soigner, le l’acclimater dans ce nouveau lieu…) Je lave les bacs à litière et les gamelles. Je donne à manger et les médicaments. Je soigne les yeux des malades.
L’après-midi je passe plus de temps avec les chats stressés, peureux ou parfois agressifs pour les socialiser et leur donner une chance d’être adoptable.
Lors des Journées Portes Ouvertes, organisées en juin et décembre, je vends les billets de tombola.

Comment êtes-vous devenu bénévole chez Help Animals?

J’ai toujours aimé m’occuper des animaux, c’est ma soeur qui m’a parlé de ce petit refuge non subsidié. Ils avaient un stand dans un centre commercial et j’ai parlé à la Présidente qui m’a dit de me présenter le lendemain au refuge et j’ai commencé de suite.

Quels sont les aspects positifs et les aspects négatifs de votre activité?

Positif : le fait d’être bénévole me permet d’y aller quand cela m’arrange, en moyenne 5 jours/semaine. J’aime m’occuper des animaux et ils me le rendent bien. Voir un animal qui stressé, qui se laisse aller à cause du chagrin d’être séparé de ses maîtres – qui ne mange pas, et qui avec beaucoup d’attention et d’amour, commence à réagir à mes caresses et devient un chat super câlin, cela me fait énormément de bien. Je me sens utile pour eux.
J’ai un très bon contact avec tout le personnel, les visiteurs, les autres bénévoles.
Négatif : parfois c’est dur quand certains chats ou chatons meurent à cause de maladies graves (typhus ou autre) ou qu’ils arrivent dans un triste état. Ce refuge n’euthanasie pas sauf lorsque l’animal souffre de trop d’un cancer par exemple. C’est pour cela que je l’ai choisi.
Plus on est au refuge, plus on a des doutes sur certains humains. Il y a des abandons pour des raisons que je n’admets pas : femme enceinte, déménagement …
A part cela, il n’y pas de points négatifs.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui se lancerait comme bénévole dans un refuge pour animaux?

Il faut aimer les animaux et penser à leur bien-être avant tout. Avoir de la patience, de la douceur pour leur parler et dans les gestes.

 

Sur le même sujet

Envie d’être… Infirmière en gériatrie
Envie d'être ...

Envie d’être… Infirmière en gériatrie

8 février 2019

Découvre l’interview de Charlotte, 27 ans, infirmière en gériatrie

Envie d’être… Professeur dans une école à pédagogie active
Envie d'être ...

Envie d’être… Professeur dans une école à pédagogie active

7 janvier 2019

Découvre l’interview d’Aurélie, professeur dans une école à pédagogie active

Envie d’être… Conseiller en prévention
Envie d'être ...

Envie d’être… Conseiller en prévention

16 novembre 2018

Découvre l’interview de Nicolas, 36 ans, conseiller en prévention